Vache de l’Année 2015 : Découverte globale des prétendantes

Publié le

Le concours de la Vache de l’Année a plusieurs objectifs principaux.

  • Faire connaître des nouvelles étables :

La Vache de l’Année a pour but de mettre en avant des animaux aux performances exceptionnelles. L’avantage du concours entièrement sur Internet est de donner la possibilité aux éleveurs d’exposer leurs vaches sans les contraintes des concours de morphologie habituels. Une possibilité que 177 éleveurs n’ont pas laissé passer. En effet, c’est à la fois des élevages connus qui confirment le niveau de leur étable, mais aussi des élevages moins connus qui réservent de belles surprises.

  • Avoir une représentation nationale des élevages :

I

Comme nous le disions dans notre article précédent, les bons élevages sont partout. Conséquence, une belle représentation de presque toutes les régions de France. Au total 45 départements sont inscrits, comme nous le montre la carte ci-contre. Le challenge de la meilleure région nous promet un match très serré !

  • Des animaux exceptionnels

Ce sont bien des animaux exceptionnels qui depuis 5 jours nous enchantent et nous impressionnent. Mais ce qui est exceptionnel c’est ce qui est rare et unique. Or, ici il semblerait que la rentabilité, la productivité et la durabilité soient les points communs des 327 vaches inscrites. Rien de rare et d’unique finalement ! Alors, peut-être devrions-nous parler de vaches prodigieuses tout simplement.

Maintenant que nous avons épluché le dictionnaire pour trouver le meilleur qualificatif aux 327 prétendantes au sacre jaune, épluchons de plus près leurs résultats.

Graphique-vaches-par-rang-04La répartition des animaux dans les sections (graphique ci-dessous), nous indique que les 4ème lactations et plus sont très représentées, près de 54% des vaches inscrites. Un argument supplémentaire qui montre que la Prim’Holstein sait être efficace en 1ère et 2ème lactation, mais également sur les lactations suivantes.

Production : Quantité et qualité au rendez-vous

Graphique-Lait-JDVAu regard du graphique ci-contre, la production de lait/JDV augmente avec le rang de lactation avec un pic pour la section 6N à 22.4kg de lait/JDV. A titre de comparaison, en moyenne pour la population de Prim’Holstein en 6ème lactation, la moyenne est à 16.9kg de lait/JDV selon les résultats du contrôle laitier 2014. Toutes lactations et robes confondues, c’est une moyenne de 17.9kg de lait par jour de vie produits pour les vaches du concours.

Graphique-MP-JDV

Concernant la MP/JDV les moyennes sont également impressionnantes, les vaches produisent du lait, mais qui plus est du lait riche. Avec une moyenne toutes lactations et robes confondues de 0.58kg de MP/JDV.

Concernant les taux, la moyenne en TP des vaches inscrites est de 32.3 et de 39.9 en TB. Des moyennes clairement bonnes au vu de la production qui leur ait associée comme on l’a vu précédemment.

Elles auraient pu s’appeler Rentabilité.

Graphique-moyenne-cellulaire

Si vous cherchiez une définition de la rentabilité, nous l’avons trouvée pour vous, ou plutôt nous en avons trouvé 327. Il n’y a rien à cacher du côté des fonctionnels! Sans regarder dans les détails (période de vote oblige), on obtient une moyenne cellulaire pour toutes les vaches inscrites de 101 milliers de cellules. Le graphique ci-contre, nous montre que cette moyenne reflète bien les résultats individuels de chaque section.

Au niveau de l’intervalle vêlage-vêlage, qui rappelons-le n’est pas calculé comme un IVV classique, mais qui pénalise les animaux vêlant après 2 ans, est clairement propre. La moyenne est de 453 jours ce qui dénote une bonne reproduction des vaches inscrites. N’oublions pas aussi que de nombreuses vaches sont collectées, expliquant également des IVV plus élevés sur certaines vaches.

Enfin, terminons par la morphologie, mais toujours pas de secret : à ce niveau pour assurer de telles productions et de tels résultats de santé, il faut la morphologie à l’appui. Les primipares illustrent particulièrement bien ces propos, avec une NG de 85 points en moyenne, soit 86pts en mamelle et 84 en membres. D’ailleurs, pour toutes les sections les moyennes pour tous les postes ne descendent pas en dessous des 84pts, menant à une moyenne de note globale de 86pts, 87pts en mamelle, 85pts en membres, 87pts en format et 86pts en solidité laitière. Des vaches aux morphologies simples mais fonctionnelles.

Petit focus sur les pères

On note une diversité de pères des vaches inscrites, puisque sur les 327 vaches, on compte 193 pères différents. Des taureaux sont toutefois plus présents, Shottle en tête avec 22 filles en lice, suivent de nombreux taureaux français, comme Restell, Roumare et Stol Joc pour les plus représentés.

visuel-pères-VDA-01

 

 La Vache de l’Année est un concours, mais au vu des résultats, l’impression que toutes ces vaches sont des championnes n’est pas loin. Tout du moins une chose est sûre, la championne c’est bien La Prim’Holstein.

Accéder au concours de la Vache de l’Année

Les partenaires de la Vache de l’Année 2015

Parrain de la Vache de l’Année 2015
Parrain du Meilleur éleveur 2015

Parrains des championnats

Parrains des sections