Actualités

Compte-rendu de l’Assemblée Générale du syndicat Progeval

L’Assemblée Générale de Progeval s‘est tenue le mardi 25 avril à Bras-sur-Meuse dans l’enceinte de la Chambre d’Agriculture.

La réunion a débuté par la présentation des comptes de résultats pour l’année 2016. Comme en 2016, il n’y a pas eu d’édition d’Eurogénétique, au profit de la Confrontation Européenne, et que le département n’a pas participé à l’Open Show Génisses, on note une baisse de l’activité. On dénombre entre 45 et 50 adhérents actuellement au syndicat.

Une année 2016 forte en récompenses

Pour autant, le département a pris part à plusieurs autres événements :

  • Swiss Expo avec 7 animaux répartis sur 3 élevages, 2 podiums ont été remportés ;
  • Concours Général Agricole de Paris, 6 animaux étaient présents pour 3 élevages. Goldblack du Tombuy a remporté les titres de réserve championne adulte et réserve grande championne. Pour l’équipe, c’est « le concours qui rassemble au niveau régional » ;
  • L’Earl de l’Elevage de l’Espérance était présent lors de la Nuit de la holstein 2017 à Libramont en Belgique. Avec 11 animaux, l’élevage a remporté 3 podiums, dont la réserve championne génisse et la mention honorable championne adulte ;
  • 5 animaux du département ont défilé au concours européen Brun à Mende et ont conquis 3 podiums. La France a également gagné la deuxième place ex-aequo avec l’Italie pour le lot par pays. Le podium, qui était impressionnant, quant à lui, a été réalisé par la MFR de Vigneulles ;
  • Lors de la Confrontation Européenne 2016, où 3 animaux du syndicat étaient répartis entre le Gaec du Tombuy et l’Earl de l’Elevage de l’Espérance. Il s’agissait de Héra de l’Espérance, Hodaïa du Tombuy et Eulalie de l’Espérance. Deux animaux de ce département sur quatre étaient présents dans le lot France. Pour rappel, ce lot a été remporté par le pays hôte, la France ! Tout le monde garde un excellent souvenir de ce concours et la répartition sur 2 jours du concours rouge et du concours noir a été très appréciée. Robin Bontant représentait la France au concours jeune présentateur ;
  • En septembre se tenait le concours départemental de Verdun avec 153 animaux pour 39 élevages. L’inter-régional génisses était organisé en même temps avec aux commandes le juge belge, Pierre Krebs.
  • Agrimax, à Metz, 3 élevages étaient présents avec 7 animaux dans le cadre du département de Moselle. 2 podiums ont été récoltés avec la réserve championne rouge et la championne rouge.
  • Challenge France à Cournon, où deux élevages ont participé avec 9 animaux. 4 podiums ont été gagnés, dont la réserve championne espoir.
  • Un élevage avec 3 animaux a participé au concours brun de Châtillon
  • Et pour finir le département a été également représenté au concours génisses organisé au Luxembourg.

A noter également qu’en avril avait eu lieu l’Assemblée générale à Houdelaincourt, accompagnée d’une visite de l’élevage des Forges à Abainville, et qu’au mois de juin, une vente aux enchères était organisée. 28 animaux étaient proposés et quatre jeunes étaient mis à disposition. Le prix de vente moyen était de 1 534€.

Election du bureau

Patrice DAILLY, Airy MARCHAND, Frédéric VUILLAUME et Sébastien MAGISSON ont été élus.

Eurogénétique devient Coeur d’Elevage

Pour terminer cette matinée, Thomas PRINZ était invité pour présenter l’avenir d’Eurogénétique qui va devenir « Cœur d’élevage ». En effet, la dernière édition d’Eurogénétique avait lieu au début du mois d’avril.

20170425_124528
Le nom “Cœur d’élevage” reprend le « Co » pour “Colmar” eu « eur » pour “Eurogénétique”.
Derrière l’évolution de ce concours, le but est d’abord de re-dynamiser la région. L’événement doit être à la hauteur du SPACE ou du Sommet de l’élevage. L’équipe en charge du projet espère profiter de l’engouement généré grâce à la Confrontation européenne qui se tenait au Parc des Expositions de Colmar ; d’ailleurs prévu comme futur lieu d’accueil pour Cœur d’élevage.

Thomas, nous a également expliqué que ce nouveau concours doit continuer d’être multi-races et pourrait même accueillir des races qui ne participaient pas jusqu’à présent.
Il faut ensuite imaginer. Cela passe par :

  • La création d’un outil de promotion de l’élevage du Grand-Est ;
  • La valorisation des associations d’éleveurs ;
  • La promotion des multi-races ;
  • Rassembler deux mondes :
    • Le monde de la génétique (passionnés de concours) ;
    • Le monde de la vente directe, bio…
  • Le but est de créer un échange gagnant/gagnant entre les producteurs et les passionnés de concours afin de mieux communiquer aussi auprès du grand public.

Il y a aussi un intérêt de rassembler :

  • Créer un marché de producteur ;
  • Animer les associations de races locales ;
  • Aider à la promotion des éleveurs ;
  • Chaque race pourra créer et gérer son concours. Ce sera un concours open régulé. Chaque département pourra gérer les types d’animaux à emmener au concours. Chacun sera libre de faire une commission de tri, ou non, et de la faire librement. Le but étant de trouver un système qui convienne à tout le monde. 17 départements sont concernés et chacun fonctionne différemment.
    Le mot “open” doit permettre également d’inviter 1 département ou 1 région hors zone différente chaque année. Cela dans le but aussi de limiter le nombre d’animaux et la concurrence, afin de garder l’objectif de promotionner le Grand Est. 800 animaux maximum peuvent être accueillis sur le site.

Pour le grand public, un temps est prévu pour eux en nocturne de 17h à 22h. Ce dispositif permettrait d’éviter d’allonger la durée du salon.

Concernant les places attribuées pour chaque département, le fonctionnement restera presque le même, sauf si un département ne remplit pas le quota. Les places seraient alors mises dans un pot commun pour les autres départements.

Il faudra revoir le fonctionnement :

  • Les bases politiques d’Eurogénétique pour l’organisation ;
  • La place des entreprises de sélection ;
  • L’organisation département par département ;
  • Le fonctionnement de l’événement (salon de l’herbe, salon de la nutrition animale, salon de la filière lait…).

Elitest et Gènes Diffusion vont devenir partenaires. C’est l’occasion pour les éleveurs de prendre la main !

Plusieurs éléments pourront être créés :

  • Formation juges ;
  • Créer un site web et une revue ;
  • Favoriser la commercialisation des produits agricoles ;
  • Créer un trophée vache laitière de l’année ;
  • Créer un congrès dansant (pour le grand public) ;
  • Créer un trophée maître éleveur ;

Concernant la date, pour le moment le concours serait maintenu début avril.
Les éléments essentiels de cette évolution sont la prise en main du projet par les éleveurs et le mot qui doit rester essentiel est convivialité !!

Cette assemblée s’est terminée par un repas convivial pris en commun.

LABART Pauline Labart,
Technicienne du département
l'expertise au profit de votre levage